Participation et appropriation

Ces derniers semaines, deux belles opportunités d’échanger sur le design participative avec des publics variés.
J’aime participer surtout pour les questions qui en sortent – ça met le travail quotidien en contexte.
15135837_328086340896363_7608117452250272964_n15134698_328086747562989_6846493140856419455_n15055691_328086204229710_4919527345443695083_n

J’ai eu le grand privilège et plaisir de participer à une discussion sur le design participatif en habitation en mi-novembre à Montréal. Les présentations de mes co-panelistes couvraient un éventail de sujets pour planter des graines participatives pour le design de nos habitats. Ron Rayside de Rayside Labossière a partagé l’historique des coopératives d’habitation à Montréal, afin de mettre en contexte l’habitation collective dans le l’historique du mouvemenent pour l’accès à de l’habitation contrôlé par les usagers. Mary Kraus de Kraus Fitch architects nous a montré sa démarche de design participative pour des projets de co-housing. Son expérience à travers l’amerique du nord lui a permis de réveler des patrons dans le développement de ce type de projet, et elle a utilisé ces patrons pour monter une processus de collaboration qui combine sondage, discussion et construction de liens sociaux à travers le design du bâtiment. Alejandro Montero de Tergos Construction à Québec nous a rammené dans le très pratique d’être un bon client – c’est à dire comment prendre des décisions et assurer un suivi productive des étapes d’un projet de design et construction. Pour ma part, j’ai présenté deux exemples de processus de design participative dans le but d’explorer l’appropriation de l’espace pendant et après la réalisation d’un bâtiment – l’appropriation en continue. La salle était pleine, comme d’habitude aux evenements organisés par la très dynamique Valérie Menguy d’ArchiSolidaire. Le mélange de designers, habitants et futurs habitants de logements collectives, et personnes interessés par l’innovation en habitat a assuré une excellente échange d’idées et d’expériences. Une difficulté qui semble partagé par plusieurs: accéder aux terrains à des prix abordables. Et deux succès: un regroupement de locataires de lofts auto-organisés en groupe de co-habitants, et Vivacité Montréal qui a un premier projet en dépistage – à Lac Mégantic, là où l’habitation et la renaissance sont des besoins bien rééls.
diapo1-copyscreen-shot-2016-11-29-at-3-41-15-pmdiapo2-copy

Et hier, sur invitation par André Casault ma collègue Suzanne Doucet et moi sommes allés présenter des projets touchant sur le potentiel de l’architecture pour créer de la solidarité. Nous avons partagé des projets de espace bâti qui rallie les gens et fourni un nouveau voisinage solidaire, autant en logement qu’en installation communautaire. Et nous avons aussi parlé d’espace virtuelle, de l’espace crée par l’acte d’inviter des gens à se prononcer et se faire entendre sur les espaces qui les entourent, sur l’architecture qu’ils vivent. Les étudiants dans la classe d’Architecture, urbanisme et coopération international ont discuté du potentiel d’espace solidarisant dans le cadre de leurs études de cas de tissu urbain autour du monde. Les constats: l’engagement des gens dans la création de l’espace laisse place à l’appropriation du lieu, l’importance du piéton (de la personne!) dans l’espace est clef, l’appropriation visuelle des espaces privés sert aussi à animer et démarquer l’espace public….

Leave a Comment

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.