Ici!

h+h pics

It is my great pleasure to accompany Head and Hands in renovating the space that will be theirs within the next year. A few weeks ago, we explored all the corners of the former library and imagined what might be possible. The team managed to create some first versions of the space with their usual creative consensus skills. Based on this first participatory layout exercise, the design has evolved, aiming for that perfect balance between open and confidential, between zen and homey, between individual and shared.

IMG_3057IMG_3072IMG_3127

Participation et appropriation

Ces derniers semaines, deux belles opportunités d’échanger sur le design participative avec des publics variés.
J’aime participer surtout pour les questions qui en sortent – ça met le travail quotidien en contexte.
15135837_328086340896363_7608117452250272964_n15134698_328086747562989_6846493140856419455_n15055691_328086204229710_4919527345443695083_n

J’ai eu le grand privilège et plaisir de participer à une discussion sur le design participatif en habitation en mi-novembre à Montréal. Les présentations de mes co-panelistes couvraient un éventail de sujets pour planter des graines participatives pour le design de nos habitats. Ron Rayside de Rayside Labossière a partagé l’historique des coopératives d’habitation à Montréal, afin de mettre en contexte l’habitation collective dans le l’historique du mouvemenent pour l’accès à de l’habitation contrôlé par les usagers. Mary Kraus de Kraus Fitch architects nous a montré sa démarche de design participative pour des projets de co-housing. Son expérience à travers l’amerique du nord lui a permis de réveler des patrons dans le développement de ce type de projet, et elle a utilisé ces patrons pour monter une processus de collaboration qui combine sondage, discussion et construction de liens sociaux à travers le design du bâtiment. Alejandro Montero de Tergos Construction à Québec nous a rammené dans le très pratique d’être un bon client – c’est à dire comment prendre des décisions et assurer un suivi productive des étapes d’un projet de design et construction. Pour ma part, j’ai présenté deux exemples de processus de design participative dans le but d’explorer l’appropriation de l’espace pendant et après la réalisation d’un bâtiment – l’appropriation en continue. La salle était pleine, comme d’habitude aux evenements organisés par la très dynamique Valérie Menguy d’ArchiSolidaire. Le mélange de designers, habitants et futurs habitants de logements collectives, et personnes interessés par l’innovation en habitat a assuré une excellente échange d’idées et d’expériences. Une difficulté qui semble partagé par plusieurs: accéder aux terrains à des prix abordables. Et deux succès: un regroupement de locataires de lofts auto-organisés en groupe de co-habitants, et Vivacité Montréal qui a un premier projet en dépistage – à Lac Mégantic, là où l’habitation et la renaissance sont des besoins bien rééls.
diapo1-copyscreen-shot-2016-11-29-at-3-41-15-pmdiapo2-copy

Et hier, sur invitation par André Casault ma collègue Suzanne Doucet et moi sommes allés présenter des projets touchant sur le potentiel de l’architecture pour créer de la solidarité. Nous avons partagé des projets de espace bâti qui rallie les gens et fourni un nouveau voisinage solidaire, autant en logement qu’en installation communautaire. Et nous avons aussi parlé d’espace virtuelle, de l’espace crée par l’acte d’inviter des gens à se prononcer et se faire entendre sur les espaces qui les entourent, sur l’architecture qu’ils vivent. Les étudiants dans la classe d’Architecture, urbanisme et coopération international ont discuté du potentiel d’espace solidarisant dans le cadre de leurs études de cas de tissu urbain autour du monde. Les constats: l’engagement des gens dans la création de l’espace laisse place à l’appropriation du lieu, l’importance du piéton (de la personne!) dans l’espace est clef, l’appropriation visuelle des espaces privés sert aussi à animer et démarquer l’espace public….

Musée de la civilisation inclusive

Quand Suzanne Doucet et moi sommes rentrées au Musée de la Civilisation à Québec mardi dernier, nous savions seulement que quelques oeuvres de espace de rêve/dream home étaient exposés sur la passerelle. Mais nous n’avions pas compris que cette passerelle surplomb le grand hall d’entrée! Qu’en franchissant les portes nous aurions une vue sur les traiteaux blancs de la Maison de l’architecture, les maquettes flottant délicatement au dessus.
img_5108

Depuis que les oeuvres créés dans le cadre de ce projet ont étés montrés publiquement, j’ai toujours ce sens de joie à voir ces énormes petites rêves partagés avec toutes sortes de personnes. Cette fois-ci, le montage a été fait par l’école d’architecture à l’Université Laval, et donc nous avons atteri devant une superbe exposition auquel le nombre de participants n’arrête pas de grandir.
img_5099img_5103

L’expo fait partie du projet J’habite la ville, et trois magnifiques projets développés à Québec ont étés exposés. Fruit de travail collaboratif entre des finissants d’un école dédié aux jeunes en situation d’itinérance et des étudiants de l’école d’architecture, leurs oeuvres explorent leur ville autrement, utilisant maquette, photo et collage pour proposer une autre perspective urbain. Le public a été invité à voir, discuter et réfléchir aux enjeux lors d’un panel sur la ville et l’inclusivité. La discussion était intéressant, touchant au besoin de plus d’activité informelle dans nos villes, mais les reflexions les plus profonds se trouvaient au dessus de nous sur la passerelle….
img_5111

Immobilier autrement

screen-shot-2016-09-09-at-9-55-16-am

screen-shot-2016-09-09-at-9-56-16-am

C’est avec grand plaisir que j’ai participé mardi à un événement d’exploration et de discussion sur d’autres façons d’occuper les espaces bâti. Une centaine de personnes se sont réunis en marge du Global Social Economic Forum pour parler des enjeux qui aident et qui bloquent l’usage alternatif d’espace résidentielle et collectif. Vivacité et Archisolidaire ont soulèvé des possibles modèles d’acquisistion et développement de propriété, mobilisant des fonds de capitalisation collectif ou la création d’habitations collectives. Bâtiment 7 a démontré les avances et défis d’une mobilisation communautaire pour réclamer un bâtiment industriel désuet. Les gens présents se sont réunis pour discuter de thématiques diverses, incluant le financement, la réglementation et comment rêver ensemble. Une salle remplis d’expériences d’habiter en collectif, d’initiatives de petite construction à échelle humaine, de grands rêves de co-habitat, de chercheurs de plusieurs domaines dont l’économie sociale et de curieux créatifs. Je suis restée impressionné par l’intérêt et la diversité de connaissances dans la salle, une bonne mélange de personnes expérimentés, jeunes esprits entrepreneuriales, et nouveaux optimistes. Ça prend une bonne mélange de forces pour faire avancer des projets collectifs sur un chemin plein d’obstacles! Et, comme une participante a si bien exprimé, ça prend de la visite! La visite, l’échange, le sang neuf, le plaisir de se trouver ensemble…

Architects cooperative!

Invitation to those in Montreal to attend – and to those outside Montreal to send comments and ideas! Looking forward to hearing from you!
invitation coop 15 juin copy

résidence – #1

IMG_2848

Pendant les prochaines semaines je suis architecte-en-résidence. Chez un autre architecte! Je n’habite pas sur place, je n’agit pas non plus comme l’architecte-sur-place. C’est assez simple: j’occupe un bureau, je fais mes projets, et je dine une fois par semaine avec l’architecte qui m’héberge, Owen Rose, pour échanger sur nos pratiques professionnels.
Nous, les architectes, nous avons rarement une formation en affaires, en gestion, en marketing, en ressources humaines. Et nous voici souvent en train de remplir toutes ces rôles, en même temps que nous oeuvrons à refaire le monde en beauté (tout en respectant les codes et règlements en vigueur, évidemment!). Le défi est de taille, et comme nous ne sommes pas formés en grande majorité pour monter nos bureaux d’architecture, nous hésitons souvent à partager nos pratiques, habitudes et leçons avec d’autres architectes. En gros, le partage n’est pas toujours notre force.
Dans ce contexte, le fait d’accueillir un autre architecte dans son bureau demande une ouverture et une générosité inhabituelle. J’aime bien le petit échange quotidien et les échanges plus philosophiques. Je regarde avec admiration le niveau de communication et d’entraide dans ce petit bureau de quatre personnes. Et moi, je m’excave un espace, j’organise mes choses autour de moi, je fais mes appels. Ensemble nous discutons des autorités municipaux, des portes-moustiquaires, des relations avec les clients, du code. C’est simple, comme je dis, mais ce genre d’échange professionnel est rare – et chargé de potentiel!
La résidence me sert aussi de terrain d’essai des formes de partage professionnel, au quotidien et au long terme. En arrière pensé, une coopérative d’architectes…

Spring cleaning

IMG_2394 copy

Time to renew, refresh, rethink – and time to let go.
office

First, we are letting go of our office space, shared with pleasure, daily collegial exchanges, and occasional collaborations. At the end of May, we disassemble the bright airy workspace we have created and move bravely into the future. In the backs of trucks. To settle in and create new creative places, to find new patterns of daily exchange and interaction.
maquettes

Second, our collection of beautiful, fragile dream homes were packed into a truck and driven to Quebec City on Monday. They are going on to the Laval University architecture school to be exhibited in the fall. Suzanne and I were pleased and relieved that they are travelling to a new temporary home after their successful exhibition at the Maison de l’architecture du Québec. And yet I miss them – their hopeful, slightly crooked, heartfelt presence in the office was a great source of inspiration to me these past months.
maq

As architects we have to let go of each project, first into the hands of the people with the tools, and then into the lives of the people who will occupy the space. In the blink of an eye, we transition from intimates with access to every corner of every room, to visitors or maybe honoured guests, but strangers all the same.

As a packrat, letting go does not come easily to me. Places, people, things – I hoard them all. I like to aim for simplicity and a pared down life, but my bulletin board is covered in odd flyers I found interesting, fortunes from fortune cookies and drawings my kids made when they were smaller.

But new ideas are also a sign of spring. We are exploring the possibilities of combining co-design and job training and self-building to create new housing in abandoned buildings. We are also looking at whether urban gardening and small cooking enterprises can provide opportunities for economic and social integration for new immigrants. I wonder what happens if architects form a work cooperative. And also how to fix a leaking curtain wall, how to make a kitchen airy and functional, and how to create privacy in a dynamic and welcoming office.

Each new project calls on architects to draw out pieces of knowledge, experiences, fortunes and hopes collected in our work and travels. It’s a kind of collage we make up as we go along, adjusting to the particularities of the situation, the people, the site. Maybe it does pay to be a bit of a packrat after all…

spring